Me Eladj Diouf qualifie Sonko de chef de la rue

0

La salle d’audience de la Cour suprême a été le théâtre d’un vif échange verbal lors du recours en cours de l’AJE (Alliance pour la Justice et l’Équité) contre la décision du juge Sabassy de réinscrire Ousmane Sonko sur les listes électorales. L’avocat Me El Hadji Diouf a conclu la plaidoirie de la défense gouvernementale avec des commentaires tranchants et un style théâtral.

Me El Hadji Diouf, réputé pour ses interventions passionnées, a tenu en haleine l’audience avec son éloquence caractéristique. Cependant, son discours a rapidement pris une tournure polémique lorsqu’il a exprimé sa satisfaction à l’égard du précédent verdict de la CEDEAO dans une affaire antérieure.

Le point central de la diatribe de Me El Hadji Diouf reposait sur les actions passées d’Ousmane Sonko, un candidat controversé, et sa réaction face à la justice. L’avocat a argumenté que Sonko aurait dû anticiper la décision actuelle, ayant précédemment défié la magistrature et refusé de répondre aux convocations judiciaires. Selon Me El Hadji Diouf, l’attitude de Sonko, qu’il a qualifié de « Président de la rue publique », est à l’origine de ses problèmes juridiques actuels. De manière provocatrice, il a déclaré : « Il (Sonko) devait s’attendre à cela en faisant ainsi allusion au verdict de la CEDEAO parce qu’il a refusé de répondre à la justice. Il a insulté la magistrature. Cet homme se croyait Président. Il est celui de la rue publique. »

Ces propos ont provoqué une réaction immédiate de la part des avocats d’Ousmane Sonko et de certains membres du mouvement Yewwi. Choqués par cette attaque frontale, ils ont quitté la salle en signe de protestation, ne revenant qu’à la fin de la plaidoirie de Me El Hadji Diouf. Cet incident a souligné la tension palpable entourant cette affaire et la polarisation de l’opinion publique autour de la figure controversée de Sonko.

L’audience se poursuit à la Cour suprême, offrant aux avocats de l’AJE et de Sonko l’opportunité de présenter leurs arguments dans ce dossier juridique complexe. L’issue de cette bataille judiciaire captivante reste incertaine, mais une chose est sûre : l’affaire continue de susciter l’intérêt du public et de diviser l’opinion au Sénégal.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.