Présidentielle 2024 : Cheikh Bara Dooli « je suis le candidat le plus clean »

0

J’ai déposé une proposition de loi pour une caution avant le retrait des fiches de parrainage – Ousmane Sonko doit recouvrer la liberté et participera à la présidentielle de 2024
– Taxawu voulait intégrer le groupe de Wallu et j’ai opposé mon véto
– Comment j’ai aidé Biram Souley Diop à ses débuts au Parlement
– Nos guides religieux doivent rompre le silence sur le sort de nos frères palestiniens

– Plus de 250 000 jeunes ont fui le pays

Il avait déjà de l’aura et du bagout, mais la candidature à la magistrature suprême d’un pays confère une stature supérieure. Et Cheikh Abdou Mbacké Bara Dolly, parlementaire émérite, porte-étendard du monde des daaras qui a fait immixtion dans un monde interlope — celui de la politique où la vérité n’est pas toujours vraie, ni le mensonge toujours faux —, a pris ce mardi matin la pleine mesure de sa nouvelle dimension. En effet, dès les premières heures de la matinée, une horde de journalistes — une bonne centaine – a pris d’assaut le siège de la coalition “Nekaalfi Askan wi” aux Maristes où il devait faire une déclaration de presse. Forte de 70 partis et organisations politiques, la “Coalition Nekaal fi Askan wi” avait convoqué hier la presse pour se prononcer sur quatre points essentiels de l’actualité nationale et internationale. Il s’agit notamment de sa proposition de loi modifiant le code électoral, de la situation de l’opposant Ousmane Sonko, du blocage qui a marqué le renouvellement du nouveau bureau de l’Assemblée nationale et la situation dramatique qui prévaut dans la bande de Gaza avec les raids meurtriers israéliens sur cette enclave palestinienne.

L’honorable député et candidat à la candidature, Cheikh Abdou Mbacké Bara Dolly, estime ainsi que sa proposition de loi va rationaliser davantage les candidatures en permettant d’écarter celles qui sont fantaisistes ou empreintes de considérations régionalistes, voire ethniques. “Devant le nombre trop élevé de candidats à la candidature et pour beaucoup, trop fantaisistes, il apparaît nécessaire d’instaurer une caution pour le retrait des fiches de parrainage. Ce qui évitera de dévoyer l’objectif de ce filtre démocratique”, écrit-il au président de l’Assemblée nationale. Surtout que la mort d’un des candidats à la candidature entraînerait de facto le report du scrutin présidentiel.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.