Tragédie du bus Tata à Yarakh : Les émouvantes paroles de la mère d’une victime.

0

La douleur indicible d’Aïssata Bâ, suite à la tragique perte de sa fille cadette, la petite Oumou Diallo âgée de seulement 7 ans, dans l’horrible attaque au cocktail Molotov qui a ciblé un bus à Yarakh la semaine dernière, est dépeinte avec émotion par le journal L’Observateur. Drapée dans un voile noir qui enveloppe tout son être, Aïssata porte le fardeau insupportable de sa perte, ses joues marquées par un flot incessant de larmes.

Assise sur un banc en bois devant sa maison, elle est perdue dans ses pensées et ses prières, presque indifférente aux paroles réconfortantes offertes par ses voisins empathiques. Avec une profonde nostalgie, elle partage : « Malgré son jeune âge, elle était ma complice, ma confidente. Elle n’avait pas encore commencé l’école, ce qui nous laissait toute la journée pour être ensemble. »

Aïssata Bâ a elle-même accompagné sa fille jusqu’à l’arrêt de la ligne 65 en direction de Kounoune. Plus tard, alertée par son beau-frère, elle a appris l’horrible attaque : « Mardi, nous attendions son retour. Quand j’ai reçu la nouvelle, c’était comme si le monde avait brusquement cessé de tourner. L’impact a été d’une violence inouïe. C’était une épreuve extrêmement difficile à traverser. Cependant, je m’en remets à la volonté divine », confie-t-elle en laissant échapper des larmes qui traduisent son profond chagrin.

Elle poursuit : « Rien n’est plus dévastateur pour une mère que de perdre son enfant. Oumy était ma source de bonheur, le sens même de mon existence. À présent, elle s’est éteinte pour toujours, laissant un vide incommensurable derrière elle. »

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.